Notre voyage nous mène à San Pedro de Atacama, village touristique du nord du Chili. Un certain nombre d’excursions est disponible d’ici : les geysers El Tatio, le désert d’Atacama, les lagunes Miscanti y Miniques, la Vallée de la Luna sont les principales. En faisant le tour des agences nous nous rendons compte que ces tours sont très chers et se composent de 14 personnes. Nous ne sommes pas friands des tours organisés mais là, il n’y a pas d’autres choix possibles.
Celui de 4 jours vers le Salar d’Uyuni en Bolivie nous fait de l’oeil. Nous en avions parlé mais faute de temps, il a été exclu de l’itinéraire. Finalement, après quelques calculs il revient moins cher que 3 jours d’excursions autour de San Pedro. Décision de dernière minute, nous partons dès demain pour la Bolivie !


Lagunes colorées et flamands roses


Après un copieux petit déjeuner, le premier défi est celui de la frontière. Il n’est pas compliqué de sortir du Chili pour se rendre en Bolivie mais l’attente est longue, il y a beaucoup de monde. Une heure plus tard, deux tampons de plus sur nos passeports et nous voilà côté bolivien.
 Notre chauffeur Bryan nous y attend. Nous rencontrons également les 4 chiliennes, étudiantes en médecine avec qui nous allons partager cette expérience.

voiture salar d'uyuni bolivie

Les sacs et les rations d’eau sont accrochés à la galerie du 4×4, nous prenons place à l’arrière et c’est parti ! Un dernier tour à la caisse pour acheter le billet d’entrée qui coûte 150 bolivianos soit 17,5 euros. Il est dommage et frustrant de devoir payer l’entrée d’un site naturel, d’autant plus qu’il n’y a pas d’aménagement qui le justifie. Chose encore plus étonnante, les toilettes sont toutes payantes, qu’elles soient propres, sales, sèches avec ou sans papier.
Après quelques minutes seulement, la Lagune Blanche s’offre à nous avec un soleil radieux. Les montagnes colorées en arrière plan, les flamands roses paradants nous rappellent pourquoi tant de personnes visitent ce coin de la Bolivie. Malgré les nombreux véhicules touristiques arrêtés, nous profitons de la vue. Quelques clichés, une trentaine de selfies des chiliennes et nous re-voilà tous partis en direction de la Lagune Verte qui ressemble à quelques nuances près à sa voisine. Rapidement, nous reprenons la route en direction des thermes de Polques.

thermes polques bolivie

Autour d’un paysage très étendu à 4400m d’altidude, les thermes n’ont rien de naturel selon nous. Deux bassins artificiels sont creusés et un générateur gronde au milieu. Alors oui, l’eau peut être chaude mais nous doutons de son côté naturel (si quelqu’un à des infos qu’il parle maintenant !). Laura profite tout de même de cet arrêt pour barboter pendant que François mitraille de photos ce paysage. Notre repas a lieu dans un refuge juste derrière mais nous sommes prudents car à 4000 mètres d’altitude, le système digestif est un peu perturbé. Laura se sent déjà un peu mal, quelques troubles de l’équilibre, une petite sensation de malaise.

désert bolivie lagune

lagune bolivie montagne

lagune bolivie

Mais assez vite ça va déjà mieux. Seule la fatigue reste présente, alors on fait avec et on continue vers les geysers. Une forte odeur de soufre ou d’oeuf pourri pour une meilleur compréhension nous annonce que nous ne sommes plus loin. A 5000 mètres d’altitude désormais et avec la force du vent, ça devient un peu dur de respirer. On marche lentement, on observe les bubulles éclater, on évite de trop respirer la fumée et on rentre dans la voiture car il est temps de repartir. La dernière excursion de la journée nous mène à la lagune colorée « Laguna Colorada ».

geyser lagune bolivie

désert bolivie

Quand une envie présente se fait ressentir dans l’altiplano bolivien, il est inutile de chercher un buisson pour se cacher. Quand on connait le nombre d’heures de route qu’il nous reste encore à parcourir, il faut espérer que les voitures ne soient pas équipées de caméra de recul.
La lagune vers laquelle nous roulons est sans doute la plus belle de toutes celles déjà admirées. Le rose dû aux plancton est vraiment visible et les flamands s’en lèchent la babine inférieure. Le vent est si fort sur le site que nous abandonnons l’idée du brushing. La visite est éprouvante mais elle le vaut bien.

lagune colorée bolivie
 
flamand rose lagune bolivie

lagune colorée bolivie

L’inconvénient des tours organisés, c’est qu’il faut attendre les autres entités du groupe et dans certains cas cela peut être très long. D’autant plus que l’orage s’approche, il reste 3h de route et la nuit tombe vite. Les impacts de foudre tombent de plus en plus près, nous pouvons les distinguer. Nous arrivons à la tombée de la nuit dans l’auberge déjà remplie de différents groupes. Un bon repas chaud nous attend contrairement à la douche chaude qui est non incluse. A proprement parlé, l’agence a omis de nous le signaler, alors pour quelques bolivianos, nous rejoignons notre dortoir conjugal de 6 personnes proprement lavés. 


Roche volcanique et lamas


Le deuxième jour, nous partons à la découverte des parcs aux alentours. Cela nous rappelle un peu les parcs américains, de grandes étendues, de gros rocs arrivés là on ne sait comment. Evidemment, ils sont un peu moins impressionnants mais cela nous fait remémorer le début de notre voyage. On escalade les énormes cailloux pour admirer l’immensité et on aperçoit nos premières « viscaches », ces rongeurs de la famille des chinchillas. Une sorte de Pikachu vivant. Après cette découverte électrique, nous nous dirigeons vers la Lagune noire, histoire de terminer avec les teintes. Un lac très sombre entouré par des dizaines de lamas. On se balade parmi eux, on s’approche, certains ne sont pas si sauvages. Et puis on se pose un peu en hauteur et on les regarde. Quelques instants à admirer la nature s’épanouir devant nous avant de continuer notre périple. 

désert bolivie
 dromadaire désert bolivie

viscache désert bolivie

désert bolivie

lama bolivie

Sur la route se trouve une fabrique artisanale de bières. De quoi faire des découvertes gustatives ! Bière au cactus, à la feuille de coca ou encore au quinoa. La bière au quinoa ne remporte pas un franc succès de notre côté et à en croire les avis autour de nous, les autres ne sont pas terribles non plus. Finalement, cet arrêt est touristique et selon nous il sert plus à faire vivre le commerçant du coin plutôt qu’à réellement faire découvrir des saveurs. Mais une bière reste une bière et en tant que voyageurs du monde nous devons les goûter ! 

lama bolivie

sourire enfant bolivie

Après une très longue route, nous arrivons dans un hôtel assez particulier près du Salar d’Uyuni. Il s’agit d’un hôtel de sel. Dans la salle commune, le sol, les murs et le plafond sont entièrement construits de sel. C’est donc sur des tables de chlorure de sodium que nous prenons notre dîner face à l’orage qui éclate à l’horizon. Et pour ajouter un peu de piment, dans les chambres, le sommier est entièrement assaisonné. Une nuit très tranquille nous attend dans notre lit de sel.

hôtel sel bolivie

hotel sel bolivie salar uyuni

coucher de soleil bolivie


Salar d’Uyuni et fatigue


25 janvier, 4h du matin, jour de l’anniversaire de François. Une nuit bien trop courte passée dans l’hôtel de sel. Nous ne remettons pas en cause le confort du condiment, un salar d’Uyuni mérite un lever aux aurores ! Et voilà que la pluie vient mettre son grain de sel ! 

4x4 salar d'uyuni

Nous partons en direction du Salar, fatigués et un peu déçus par le temps. C’est pour admirer le lever du soleil que nous partons si tôt. Aujourd’hui nous attendons toujours son réveil…
À cette période, la particularité du salar d’Uyuni est de pouvoir l’admirer avec des reflets. Le soleil aurait dû se lever en se reflétant dans la fine couche d’eau salée mais pas aujourd’hui. Nous verrons simplement deux fois plus le voile nuageux avec son reflet !

4x4 salar d'uyuni miroir réflection

Les quelques montagnes au loin peuvent laisser imaginer une nouvelle oeuvre de Soulage. L’effet de réflexion est quand même étonnant, tout est blanc à perte de vue. Le 4×4 roulera encore 3 heures dans cette patinoire à effet miroir alternant les pauses photos et les selfies devenus un peu trop embarrassants. Décidément nous devenons des vieux cons !

désert sel salar d'uyuni

4x4 désert sel salar d'uyuni

En arrivant vers le musée du premier hôtel de sel de la région, le temps devient un peu plus beau. Mais le sol à cet endroit est moins « pur », les nombreux 4×4 l’on transformé en gadoue salée.

Dakar Bolivia

La suite de la journée n’a rien à envier aux jours d’avant. Ce dernier jour devait être la cerise sur le gâteau de ce séjour mais il n’en est rien. L’organisation de l’agence laissait vraiment à désirer, avec des problèmes de chauffeur qui ont engendré beaucoup d’attente et une arrivée très tardive dans notre dernier hôtel. Et rebelote, le lendemain debout à 4h pour prendre la route vers San Pedro de Atacama au Chili.

Salar d'Uyuni

4x4 salar d'uyuni

On a aimé :

L’immensité des paysages
Dormir dans un hôtel de sel
La Laguna Colorada !
La faune dans son milieu naturel
Se laisser porter pendant 4 jours et ne rien avoir à organiser

On a moins aimé :

L’esprit groupe touristique
Se lever à 4h du matin 2 jours de suite 
Avoir mauvais temps au salar d’Uyuni
Les retards de notre agence
Devoir payer en plus pour avoir une douche chaude


La vidéo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *