Depuis le train qui nous conduit vers la frontière avec le Cambodge, nous voyons les paysages thaïlandais défiler. De plus en plus serrés sur les vieilles banquettes du train, nous observons une dernière fois la vie des thaï.


Passage de frontière


Préparation mentale pour le passage de frontière. Il est bien connu que les frontières terrestres avec le Cambodge sont compliquées, beaucoup de corruption surtout pour nous avec nos ptites têtes d’européens. On l’a étudié ce passage de frontière, on connaît les étapes, on est méfiants. Trois étapes cruciales avant d’être enfin sur le territoire Cambodgien : obtenir le tampon de sortie de la Thaïlande, trop facile, puis seconde étape plus difficile, obtenir le visa Cambodgien en payant 30 dollars et pas un centime de plus. Une dizaine de policiers nous accueille dans une petite pièce. Certains sur leurs téléphones, pas très perturbés par notre arrivée, un autre en train de faire une sieste dans un hamac. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça travaille dur à la frontière. Un qui bosse et 9 qui regardent !
Il nous tend la fiche à remplir. On lui rend quelques instants plus tard avec 30 dollars chacun, prix réel du visa. Il nous demande quelques dollars pour des soi-disants frais de dossier. On lui montre la pancarte où est indiqué le vrai prix et on lui dit qu’on connaît le prix et qu’on ne payera rien de plus. Après quelques minutes de patience, on nous tend nos passeports avec nos visas tout beaux.
Passage de frontière réussi et c’était limite un peu trop facile finalement. Dernière étape, le tampon d’entrée et hop nous voici du côté Cambodgien. Le stress retombe. Mais on reste sur nos gardes car il faut trouver un bon taxi qui ne nous fera pas d’entourloupe.

C’est finalement sans encombre et en dépensant 10 dollars par personne comme prévu que nous rejoignons la ville de Siem Reap.


Un hôtel bien sympathique


Réservé sur Booking pour 15 dollars soit 12 euros, nous arrivons à Maison Damnak. Grande surprise, tout correspond parfaitement aux photos et vu le prix on est plutôt très étonnés. Très grande chambre avec lit Super King size, salle de bain avec baignoire, clim et tout ça juste devant la grande piscine. C’est décidé, nous prenons une journée de repos avant d’entamer la visite des temples d’Angkor et vu le trajet chaotique depuis Bangkok, ça tombe à pic.
Nous avons décerné à cet hôtel la palme du meilleur hôtel de notre voyage jusqu’à présent !


Premières impressions du Cambodge


On avait lu que la Thaïlande était le pays du sourire mais honnêtement, pour nous c’est plutôt le Cambodge. A peine arrivés, les enfants nous font des coucous avec un sourire jusqu’aux oreilles. Quel accueil ! Ça nous paraît tout de suite plus authentique que la Thaïlande, ils sont moins habitués aux étrangers. C’est vrai que le pays n’accueille pas de touristes depuis si longtemps. Dans le premier restaurant où nous allons manger, l’accueil est très chaleureux bien qu’un peu scolaire. On nous apprend même nos premiers mots de cambodgien.

Mais contrairement à la Thaïlande, on voit qu’ils ne sont pas éduqués sur la gestion des déchets. Les campagnes sont pleines de détritus et on observe les cambodgiens jeter par terre leur bouteille d’eau sitôt finie. Les enfants jettent leurs canettes de soda ou leur paquet de chips sur le bas côté. Ça nous choque, on n’est pas habitués à voir ça. Après ces premières impressions, on a hâte d’en découvrir plus sur ce nouveau pays.


Les temples d’Angkor 


Siem Reap est touristique car connue pour ces fameux temples d’Angkor. On choisit le pass 3 jours de visite car le lieu est assez étendu si on ne veut pas se contenter que des principaux temples. C’est en tuk tuk et en partageant les trajets avec un couple de français rencontré sur place que nous découvrons ce lieu rempli d’histoire. Plutôt matinaux pour éviter au maximum la chaleur, nous assistons même au lever de soleil sur Angkor Wat le deuxième jour.

Certains temples sont au milieu de la jungle et dès qu’on ose se balader un peu plus loin que le sentier principal, on se retrouve vite tout seul. C’est vraiment agréable ! C’est le cas au temple Preah Khan, où nous avons adoré nous balader un peu à l’écart des touristes. A Pre Rup, nous avons pu nous poser un peu pour admirer les alentours d’en haut avant de redescendre à cause de la chaleur. Ta Prohm est magnifique pour ses arbres majestueux qui ont poussé autour des temples et les ont même détruits par endroit. Les racines sont impressionnantes, on dirait des serpents qui se baladent au milieu de la forêt. Mais l’inconvénient c’est qu’il est très fréquenté car il est connu entre autres pour des scènes de Lara Croft. Entre les temples très impressionnants mais bondés de monde et les temples plus modestes mais déserts, vous trouverez votre bonheur. 

Finalement, nous avons beaucoup apprécié ces 3 jours à Angkor et si vous comptez y aller, on vous conseille le pass 3 jours car une journée ne suffit vraiment pas. Si vous vous contentez d’un jour, vous allez visiter pendant 6 à 8h maximum, car la chaleur est difficile à supporter et vous n’aurez pas le temps de voir les différents aspects du lieu. Ça serait vraiment dommage !


Le nouvel an Khmer


Le Cambodge vit selon le calendrier Khmer et cette année, le nouvel an tombe du 13 au 16 avril, c’est à dire pendant notre visite de Siem Reap et des temples d’Angkor. Ambiance garantie dans les rues à coup de pistolets à eau et de musique à fond. Le but étant d’arroser tout le monde, même nous, n’y avons pas échappé. Pas de discrimination, tout le monde y passe. Et ça dure pendant 3 jours minimum ! 
Le premier soir, nous sortons de notre hôtel pour manger et en quelques secondes nous sommes déjà trempés. Il fait chaud ça rafraîchit mais on ne peut pas répliquer. Alors on achète un pistolet, mais pas n’importe lequel, on tombe sur un pistolet rose, Minnie. Maintenant qu’on a de quoi se défendre, on peut y aller. On se prend au jeu et on réplique à n’importe qui nous arrose. L’ambiance est très bon enfant, pas de débordement. On finit par s’assoir avec un couple de français rencontrés quelques instants avant pour manger. Et ça pendant 3 jours, on ne peut pas sortir le soir en espérant ne pas être mouillés. 

 

Mais le côté plus embêtant d’être à Siem Reap pendant le nouvel an, c’est que les temples ont des horaires d’ouverture plus restreints. Notre chauffeur de tuk tuk nous fait un programme et nous donne des conseils en fonction. Nous avons pu tout visiter grâce à lui.


En route vers la campagne cambodgienne


A 3h de Siem Reap, sur la route qui mène à Phnom Penh, se trouve la ville de Battambang. Ici, il ne faut pas espérer manger dans la rue le soir après 20h, tout est fermé. Mais l’endroit n’est pas très connu des touristes et vraiment authentique. On se baladant avec nos sacs à dos, on s’est fait remarquer de tout le quartier. Les enfants nous dévisagent avec un regard interrogateur, certains nous lancent des « Hello ».
En ce lendemain de nouvel an, ce n’est pas très animé et certains magasins et restaurants sont fermés. Nous qui voulions découvrir l’artisanat local, c’est loupé. Avec un tuk tuk sur un après-midi, nous visitons les chemins de campagne jusqu’au temple de Banan et de Phnom Sampov en passant pas les Killing Caves et en finissant par la Bat Cave. Les cambodgiens font beaucoup de visites de temples pour prier en cette saison, les lieux sont donc remplis. Immersion culturelle garantie ! Mais tout ça se mérite, 368 marches pour arriver tout en haut du temple de Banan. Pour la fin de journée, nous trouvons un endroit un peu reculé pour admirer le coucher de soleil et attendre la sortie des chauves souris de leur cave. Elles sont 2 millions à sortir tous les soirs au soleil couchant pour aller chasser. Une puis deux puis trois et elles se mettent à sortir par centaines pendant des dizaines de minutes. Le spectacle est vraiment surprenant. Très bonne expérience dans la campagne de Battambang ! 


Phnom Penh, capitale remplie dhistoire


Contrairement à Bangkok que nous avons adoré et qui plaît à beaucoup de voyageurs, Phnom Penh a un tout autre visage. Les rues sont sales, les déchets sont partout, les gens conduisent comme des fous et c’est très bruyant. On nous avait dit que la capitale cambodgienne n’était pas très intéressante à visiter hormis pour son côté historique. Et c’est pour ça que nous sommes là. 
De 1976 à 1979 (à verifier), les khmers rouges ont commis des tortures dans tout le pays sous le régime de Pol Pot. Il y a eu des dizaines de milliers de morts. Cette partie de l’histoire asiatique, ne nous est pas racontée à l’école, nous sommes donc allés visiter la prison S21 pour en savoir plus. Les scènes de torture sont racontées, des photos et des peintures sont là pour illustrer et les témoignages sont bouleversants. Les grandes pièces dans lesquelles étaient entassés les prisonniers font froid dans le dos, tout autant que les minuscules cellules où ils étaient attachés par les pieds avec pour seul objet, une boîte pour faire leurs besoins. On n’imagine même pas cela possible. Et on ressort d’ici avec une autre idée du pays et des personnes qui essayent de se reconstruire depuis 40 ans. 
On a aussi visité un peu la ville et son fameux marche central. Les odeurs de poisson et de viande pas fraîche nous font regretter les marchés thaïlandais où le Pad thai et les curry embaumaient les allées. On observe ces femmes assises par terre à couper la viande à quelques centimètres de leurs pieds pas franchement propres et on se dit que si on mange ici, on risque quelques jours d’antibiotiques. Sans frigo, sans glace, ici ce sont les mouches qui surveillent la barbaque. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *