La semaine consacrée aux animaux nous a fait le plus grand bien. Nous nous sommes reposés et avons rencontré des voyageurs venus des 4 coins du monde. Le moment est désormais venu de reprendre notre vie de backpaker. La côte caraïbe du Costa Rica nous attend.


Puerto Viejo, village rasta


C’est à Puerto Viejo, petit village non loin du Panama que nous posons nos sacs pour quelques jours. Après 4h de bus, un village tranquille peuplé de rastas nous accueille. La devise du pays « Pura Vida » est ici illustrée de la meilleur des façons. La mer s’écrase sur la route qui borde le village, un vrai décor de rêve pour passer quelques jours. De multiples auberges sont disponibles car le tourisme y est assez développé mais pas encore trop important. Nous logeons à Kalunai Hostel – que nous conseillons – dans une chambre privée avec salle de bain partagée. Les parties communes sont très agréables. Des hamacs face à la jungle, de grandes tables en bois pour partager ses repas et une cuisine pour se faire ses petits plats. Notre hôte, nous montre un plan des alentours avec les activités proposées. Une chose est sûre, ici nous n’allons pas nous ennuyer ! Un peu plus tard dans la soirée, nous retrouvons Delphine, une Belge rencontrée à l’Animal Rescue Center qui nous avait caché son bon Français ! C’est agréable de revoir une tête connue ! Le lendemain, 7h, nous enfourchons tous les trois des vélos et faisons route vers Manzanillo. Dès les premiers mètres, nous entendons déjà les premiers cris de singes hurleurs et apercevons des capucins qui batifolent dans les arbres. Les premiers en liberté ! S’en suivront des paresseux, des toucans et de multiples oiseaux colorés si représentatifs du Costa Rica.

Singe hurleur de Puerto Viejo

Le temps commence à se dégrader lorsque nous arrivons à Manzanillo. A peine le temps de s’abriter sous le porche d’un restaurant lorsqu’il se met à pleuvoir des torrents. Pendant 3 heures, nous attendons, regardons tomber la pluie en espérant que cela cesse rapidement afin que la plage puisse révéler sa beauté. Un bola-bola nous occupera quelques dizaines de minutes.

Enfin, le soleil apparaît derrière l’épaisse couche de nuages et nous permet de profiter d’une balade sur la plage déserte. Des cocotiers partout qui portent les marques de la forte averse. Sur le chemin du retour nous croisons encore de nombreuses espèces sous les cris terrifiants des singes hurleurs. La balade fait 25km et ne nous aura rien coûté (l’auberge oubliera de nous compter les vélos ^^) 

Le temps au Costa Rica ne nous aura pas toujours facilité les choses. Il pleut quasiment tous les jours, la question est simplement de savoir combien de temps cela va durer. Lorsqu’il flotte trop longtemps, nous en profitons pour nous reposer et remettons notre excursion au lendemain. L’avantage de ne pas être pris par le temps ! Cahuita est la seule réserve gratuite au Costa Rica et c’est en partie pour cela que nous sommes là. Les autres coûtent en moyenne 15 à 20 dollars. Ici, un simple don est proposé à l’entrée. Notre budget nous en remercie ! C’est en stop que nous avons rejoint la réserve située à moins de 20km. Dès l’entrée, nous apercevons déjà un paresseux qui se déplace très lentement en haut de son arbre. 



S’en suit un sentier de plusieurs kilomètres entre jungle et plage où nous avançons à pas de fourmis afin de ne pas effrayer les animaux. Deux ratons-laveurs perchés sur un arbre, une grosse mygale, deux vipères de Schlege, une famille de capucins puis une deuxième et enfin des singes hurleurs que nous repérerons grâce à leur cri. Cette réserve est très intéressante, nous y avons vu pas mal d’animaux, il y a des tables pour pique-niquer et les plages permettent de se baigner ! Nous ne sommes vraiment pas déçus !

Vipère de Schlegel
Araignée du Costa Rira
Araignée du Costa Rica, 10cm
Maman criquet de 15cm et son bébé
Un des nombreux papillons à voler autour de nous


Crabe bleu, coucou toi !

Cette partie du Costa Rica, bien qu’un peu excentrée, vaut vraiment le coup et nous vous la conseillons vraiment !


Tortuguero, le village isolé


A l’aube, près de la plage nous attendons le bus. Par 25 degrés, à 8h du matin, François décide de se lancer dans l’ouverture d’une coco au couteau suisse. Réussite ! Un petit jus frais avant les 4 bus et le bateau pour rejoindre l’autre partie de la côte caraïbe. Le Costa Rica en transport, c’est au rythme des paresseux, il ne faut pas être pressé.

Tortuguero est un village accessible uniquement par bateau ou par avion. Le moins cher étant de prendre une connexion de bus jusqu’à La Pavona et ensuite de prendre une lancha qui rejoint directement le village. Le transport en bateau constitue en lui-même une activité tellement il est agréable de naviguer dans les canaux en plein milieu de la jungle. Ce n’est pas pour rien que les locaux l’appellent « La mini Amazone ». Nous avons la chance de l’emprunter en fin de journée, là où le soleil est au plus bas. La lumière se reflète, le spectacle est magnifique. S’il était possible nous serions tentés de dire que le marron était d’une pureté incroyable. Prêts à voir un piranha ou un crocodile sortir des eaux. Pour combler le tout, un sublime arc-en-ciel passe au dessus de la jungle dense. La pluie vient malheureusement nous ramener à la réalité. Mouillés pour mouillés, au premier rang de la lancha, nous profitons de l’aventure au maximum.

Une balade agréable sur les sentiers du parc

C’est toujours sous la pluie et la nuit chaudement tombée que nous rejoignons la chambre pour les trois prochaines nuits. Nous sommes entourés d’eau pourtant, ici, il n’est pas question de se baigner. La plage est toute proche mais les courants sont bien trop dangereux. Le canal par lequel nous sommes arrivés est peuplé de crocodiles. Un petit plouf nous aurait pourtant fait le plus grand bien, 90% d’humidité et 60% de précipitation ! Nous essayons de nous consoler en cherchant des bébés tortues le soir venu. La ponte a eu lieu il y a quelques mois, la naissance des bébés est encore possible.

Beaucoup de coquilles sur le sable mais pas une tortue a l’horizon. Ce n’est pas faute d’y avoir passé plusieurs heures, de jour comme de nuit. Etre à Tortuguero et ne pas voir de tortues, c’est un peu comme être à Disney et ne pas voir Mickey ! C’est pas grave ! En route pour une balade dans le parc national de Tortuguero. Equipés contre la pluie, bottes fraichement louées nous partons explorer ce nouveau parc. 

Onoré du Mexique
Attention où poser les mains dans la jungle
Les plages désertes et sauvages de Tortuguero

Au Costa Rica tout est cher, nous choisissons avec minutie les sorties payantes. Nous visitons alors le parc par nous-même mais nous ne ferons pas l’excursion en bateau le long du fleuve. 20 dollars par personne en plus du prix de l’entrée, c’est un peu trop pour nous. La visite commence par un petit sentier longeant la plage. Il est possible de marcher dans la jungle en admirant les singes et les insectes puis de revenir par la plage en se laissant bercer par le bruit des vagues. Nous retentons l’expérience d’ouvrir une coco au couteau suisse, plus difficile que la première mais succès rafraichissant.

Les oeufs de tortues sans les tortues 🙁

Outre le parc, le village de Tortuguero est également très agréable. Pas très grand, mais les ruelles inondées, à traverser en marchant sur des sacs de sable, ça a son charme. Nous admirons deux aras rouges dans le parc d’un hôtel et allons ensuite déguster un très bon « casados » (la spécialité d’ici toujours avec du riz et des haricots rouges). Une fin de repas avec une très bonne pâtisserie locale qui nous permet d’attendre que la pluie cesse.

Le petit village de Tortuguero

La côte Caraïbe est très jolie, nous avons adoré y passer quelques jours même si le temps n’a pas toujours été clément avec nous. Cette région est très pluvieuse et même si nous y sommes en fin de saison des pluies, nous avons eu droit à notre quota ! Il est temps pour nous de changer de région et donc de climat.

On a aimé :
L’ambiance reggea à Puerto Viejo
Voir plein d’animaux rien qu’en pédalant sur la route jusqu’à Manzanillo
Revoir Delphine et passer une journée ensemble
Découvrir Cahuita, seul parc gratuit du Costa Rica
Faire la chasse aux grenouilles et aux serpents
La balade en bateau vers Tortugero

On a moins aimé :
La pluie un peu trop présente malgré la fin de la saison des pluies
Les transports un peu longs entre chaque ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *