Lima, cette ville que beaucoup de voyageurs nous ont déconseillé de visiter. Nous avons hésité puis nous nous sommes dit qu’il serait dommage de ne pas la découvrir. Deux jours c’est le temps que nous avons pris pour en faire le tour mais nous ne regrettons pas de s’y être arrêtés. 


Lima, les beaux quartiers


Le quartier de Miraflores nous a séduit. Ses habitations ultra modernes dans lesquelles on se verrait vraiment bien vivre, son Parque del Amor et sa vue magnifique sur le Pacifique. Ce qui nous a étonné ce sont les maisons et les immeubles. Tout est neuf, de grandes baies vitrées donnant sur l’océan, des halls d’entrée dignes des plus grands hôtels, d’immenses terrasses en bois où les péruviens préparent noël. C’est aussi à Miraflores que nous avons découvert notre premier site archéologique péruvien. Il s’agit de Huaca Pucllana, un site archéologique datant de la période pré-Inca en plein milieu de la ville. Nous avons trouvé sa localisation très surprenante. On y apprend comment ils ont construit les murs de façon à résister aux séismes et on y apprend également qu’ils y faisaient des sacrifices humains. Bref, on est plongés dans les différentes cultures qui se sont succédées au fil des siècles. Une bonne introduction à notre voyage au Pérou. 

Lima et son Parque Del Amor

Et puis il y a le quartier de Barranco, un peu plus au sud. Pour commencer la journée, nous allons chez Mae pour prendre un petit déj’ délicieux et pas cher dans une ambiance très cosy. Nous flânons ensuite dans la magnifique rue remplie de tags tous plus beaux les uns que les autres.

Chez Mae, pour un petit déjeuner copieux et déliceux

Nous passons dans de petits magasins de fabrication artisanale dont un qui cache une terrasse très sympa pour s’assoir à l’ombre et siroter une boisson fraîche. Une petite pause s’impose ensuite chez Blu pour manger la meilleure glace de la ville. Une vraie tuerie ! Je vous conseille celle aux noix de pécan. Elle est à tomber! Étant à quelques jours de noël, nous tombons ensuite sur La Feria de Navidad, un petit marché artisanal où l’on peut trouver des objets typiques péruviens, de très beaux vêtements mais aussi de quoi se restaurer en écoutant un groupe jouer. Pour se reposer après avoir marché une vingtaine de kilomètres, c’est parfait !


Enfin, au nord de la ville, le « vieux » Lima. Comme tout quartier ancien, il mérite d’être visité pour sa cathédrale et sa place principale mais une demie journée suffit. Des manifestations contre le président PPK étaient en cours le jour où nous y sommes allés, des rues étaient donc fermées, nous obligeant à faire des détours. Nous avons donc découvert le quartier chinois dans lequel nous n’étions pas spécialement rassurés. Beaucoup de monde, beaucoup de racoleurs, un quartier très sale dans lequel nous n’étions pas vraiment à notre place. Rapidement, nous rejoignons des quartiers plus agréables.


En redescendant, nous visitons plusieurs parcs de la ville, avec les festivités de Noël, tout est très animé. Une petite pause dans le « Parque de la Exposición »  puis nous filons au « Parque de la Reserva ».

L’entrée est payante mais honnêtement 4 soles par personne, on s’est pas ruinés et on trouve que ça les valait largement. Un parcours d’une dizaine de fontaines, toutes différentes. Les enfants s’y amusent comme des petits fous. Au fur et à mesure que le soleil se couche, les fontaines s’éclairent en musique, nous donnant l’impression d’être à Disney. Un spectacle de lumières est ensuite donné à 3 reprises dans la soirée. Mais nous conseillons d’être dans le parc avant le coucher du soleil pour profiter des jolies lumières et pas seulement du spectacle.

Après 2 jours et 53 kilomètres de marche dans la ville, nous avons mal aux jambes mais sommes également fatigués du bruit. Il y a beaucoup de trafic à Lima et surtout beaucoup de klaxons dans les rues. C’est très fatiguant.

Si nous devions donner un conseil niveau logement à Lima, ça serait de prendre une chambre entre Miraflores et Barranco. C’est résidenciel, très tranquille et plutôt pratique pour visiter les alentours. 
Niveau culinaire, en 2 jours dans la capitale, nous avons mangé surtout du ceviche. Une très bonne découverte mais n’avons pas vraiment de restaurant à conseiller car le service laissait parfois à désirer. 


Un Noël dans le désert 


2 jours avant Noël, nous arrivons à Ica. Cette ville n’a pas d’intérêt si ce n’est d’être proche de l’oasis de Huacachina et de Paracas, connu pour son désert. Si vous avez le choix, logez plutôt à Huacachina qu’à Ica, ne faites pas comme nous 😉 Le 24 décembre, François est un peu malade mais se laisse entraîner dans le désert de Paracas, à 1h de bus de Ica. Nous nous lançons dans la découverte du désert à vélo ! La chaleur est écrasante, aucun coin d’ombre, le vent ne nous facilite pas l’ascension mais tout ça en vaut vraiment la peine. Les décors se rapprochent assez de Death Valley et cela nous rappelle notre séjour aux USA d’il y a quelques mois. Nous ne croisons pas d’autre vélo, seulement des voitures avec la clim à fond. Visiblement, nous sommes les seuls fous à tenter la visite d’environ 45km en vélo. Les points de vue sur le Pacifique et sur les montagnes sont incroyables, les descentes en VTT dans les dunes de sable sont fortes en sensation. Malgré la difficulté, nous ne regrettons pas le mode de transport choisi. Et puis passer Noël dans le désert, c’est assez original. On s’en souviendra de ce Noël 2017 !

Le désert de Paracas 

Le repas du soir ne se compose pas de foie gras, de crevette ni de dinde mais de pommes de terre aux champignons avec du boeuf de qualité assez moyenne et d’un très mauvais vin. Bref, niveau culinaire, on a connu mieux pour un Noël. On pense à nos proches qui se sont goinfrés de bonnes choses et là, on les envie.

Le 25 décembre, vous avez tous remis ça, un repas copieux, une bûche, des chocolats. De notre côté, nous avons mangé chez KFC mais c’était limite meilleur que le repas de la veille. Par contre, on s’est fait plaisir niveau activité. Si certains d’entre vous étaient en train de dévaler les pistes de ski, nous avons dévalé les dunes de sable en sandboard et fait du buggy à Huacachina !

Oasis de Huacachina

Le buggy nous donne de bonnes sensations mais ce n’est rien comparé au sandboard. On nous dépose en haut d’une dune de taille moyenne mais vu d’ici elle a l’air gigantesque. On prend notre planche, on s’allonge dessus à plat ventre et c’est parti. Règle numéro 1 : Ne surtout pas crier au risque de manger beaucoup, beaucoup de sable. On enchaîne 3 descentes comme ça, de plus en plus hautes. Sensations garanties ! On n’a pas osé se mettre debout dessus car il nous l’a déconseillé et puis notre assurance ne prend pas en charge ce genre d’accident. Du coup on a été ptits joueurs ce coup-là 🙂


Nazca


L’arrêt à Nazca n’était pas prévu mais un cadeau de Noël surprise nous permet de voler au dessus des fameuses lignes de Nazca (Merci à ma soeur ). C’est l’attrait principal de la ville. Notre hôte nous propose d’organiser le vol pour le lendemain, à un prix défiant toute concurrence, c’est parfait ! Le matin, après un copieux (trop ?) petit déjeuner nous partons vers l’aéroport pour nous envoler dans le ciel péruvien. C’est assez nuageux, l’avion ne peut pas décoller pour le moment. Notre digestion nous en remercie. Une heure plus tard, nous embarquons dans un avion 6 places. Tout contents de cette nouvelle expérience, nous ne savons pas encore ce qui nous attend.
Casque sur la tête, sac à vomi sur les genoux, nous sommes parés. L’avion se met à rouler, de plus en plus vite puis décolle. Chaque coup de vent nous trimballe sur les côtés. Ça secoue mais c’est supportable. Le paysage est magnifique. Il n’y a pas que les lignes à contempler, les montagnes et les grandes étendues vues d’en haut sont époustouflantes.

Notre copilote nous indique que nous arrivons au premier dessin, la baleine. L’avion se met à pencher fortement à droite et pointe l’œuvre grâce à son aile. Ça remue ! Pour que tout le monde voit, il fait demi tour, se penche de l’autre côté et la pointe avec l’aile gauche. Notre estomac commence à ressentir les secousses. Et c’est comme ça pour chaque forme, un coup à gauche, un coup à droite. C’est magnifique mais notre estomac préférerait redescendre rapidement sur la terre ferme. Laura ouvre son sac à vomi, juste au cas où… François est plutôt pâle, voir carrément blanc (moins de soleil qu’au Costa Rica). Nous sommes partagés entre l’envie de redescendre rapidement sur la terre ferme et continuer de voler au dessus de cette étendue magnifique. On prend de grandes inspirations pour tenter de calmer ces nausées et on admire les symboles : une baleine, un chien, un colibri, un condor oiseau emblématique du pays. Ces formes sont connues dans le monde entier mais n’en demeurent pas moins un mystère.

Après 30 minutes, l’avion finit par se stabiliser, nous rentrons vers l’aéroport. L’atterrissage se fait sans encombre. Nous mettrons une bonne demie heure à retrouver nos esprits. Mais nous l’avons fait, nous avons volé au dessus de ces si mystérieuses lignes de Nazca.

Après avoir été bien malades dans ce petit coucou, nous appréhendons le prochain trajet. Ce soir nous prenons un bus de nuit pour rejoindre Cuzco : 15h de trajet, dans la montagne péruvienne.

On a aimé :

La gastronomie Péruvienne
Faire du vélo dans le désert
Faire du buggy et du sandboard dans le désert
Survoler les lignes de Nazca
Voir des vraies grandes dunes de sable

On a moins aimé :

Les klaxons intempestifs dans Lima
Ica, une ville pas très propre
Les déchets dans le desert de Huacachina 🙁
Passer Noël loin de nos familles
Manger un KFC pour Noël

Vidéo de Lima à Huacachina – Pérou 1/3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *