La presqu’île de Panglao


Rattachée à l’île de Bohol, Panglao est située tout au sud. Nous sommes ici dans un but bien précis, nous venons y passer notre Open Water, premier niveau de plongée. La formation dure 3 jours et se compose de modules de théories et de sessions pratiques, en piscine puis en mer. Pour être honnêtes on craque un peu le budget mais depuis notre baptême en Thaïlande, on avait vraiment envie de poursuivre l’apprentissage de la plongée. Et puis ça nous permettra de plonger lors de nos prochains voyages.
Les alentours de Panglao sont très riches en coraux et en faune marine. Comme on nous a recommandé un centre de plongée situé tout au sud, on s’apprête à y passer 4  jours. Le centre Equation nous accueille et on commence directement la théorie avec Natacha qui nous accompagnera pendant ces 3 jours de découvertes. Avec les heures de théorie, on a l’impression de retourner à l’école. On reprend nos stylos d’écoliers et on répond aux QCM.

Après ça, on passe à la pratique. On retrouve les quelques marques qu’on avait prises pendant notre baptême. S’en suivront 3 jours de pur plaisir à la découverte de la faune aquatique locale. Nous aurons même la chance de rencontrer un requin baleine et de nager avec lui. Une émotion intense qui rend ce moment encore plus inoubliable. On ne compte plus les centaines de poissons rencontrés lors des différentes plongées mais on reste toujours autant éblouis de les voir dans leur environnement naturel. Et puis la sensation de respirer dans l’eau est tellement particulière qu’il faut l’avoir testé au moins une fois. Un nouveau monde s’offre à nous, celui de la vie marine. Malheureusement, nous n’avons pas de photo mais plein de souvenirs en tête !

C’est sur l’île de Bohol qu’il est possible de voir des tarsiers, vous savez ces petits primates aux yeux globuleux !? Et ces jolies montagnes caractéristiques des Philippines, les Chocolates Hills. Nous prévoyons d’y aller le lendemain mais le temps nous joue des tours… Avec regrets, nous sommes obligés d’annuler… Conduire un scooter quand il pleut et que la route est glissante, on a déjà essayé au Cambodge, on a eu des problèmes… Une petite frustration supplémentaire pendant ce voyage.


Siquijor, l’île aux sorcières


Nous continuons notre découverte de l’archipel des Visayas en se rendant sur une petite île. C’est à Siquijor que nous allons passer quelques jours à la recherche de calme et d’authenticité. Ici, il paraîtrait qu’il y ait des sorcières et beaucoup de Philippins n’y sont jamais venu pour cette raison. Ils ont peur des mauvais sorts qu’elles pourraient leur jeter.

 

Munis de notre scooter, nous explorons l’île pendant deux jours pour savoir s’il y a véritablement des jeteuses de sorts. Notre première impression est très bonne. La route principale est en bon état, les écoliers sortent de l’école avec leurs beaux uniformes et les paysages nous plaisent.

 

Les chutes de Cambugahay sont vraiment très jolies. Sur 3 niveaux, vous pouvez jouer à Tarzan avec une corde et faire des sauts dans l’eau turquoise de la cascade ou bien décider de faire simplement trempette. L’eau est plutôt chaude contrairement à ce qu’on pourrait imaginer. Ici, vous côtoierez des locaux venus se rafraîchir en famille, l’ambiance est très sympathique.

Nous avons également fait un tour à la cascade Lugnason, une ambiance différente mais parfaite si vous êtes à la recherche de sensations fortes. Arrivés les premiers, un guide nous montre le chemin et nous explique l’histoire de cette cascade. Elle est artificielle et a été construite il n’y a pas si longtemps par un groupe de volontaires venus des quatre coins du monde. Les 4 à 5 mètres de profondeur permettent de faire des sauts assez spectaculaires. Les locaux nous ont montré mais on n’a pas testé. Joli découverte à l’écart du circuit classique.

 
 

Pour nos dernières plages du voyage, nous sommes à la recherche d’un petit coin de paradis, un de ceux dont parlent les blogs. Petite déception. Ici, pas de grande plage de sable blanc. Les marées étant grandes, vous vous retrouvez soit avec une plage remplie d’algues et de déchets en tout genre soit avec 10 centimètres de sable sec. Dans les 2 cas, ce n’est pas la plage de rêve pour faire du farniente. Alors on marche dans l’eau à marée basse à la recherche de crabes, de méduses et de cadavres d’oursins. On se croirait presque en Atlantique !

 
 

L’ambiance apaisante de cette île nous a fait beaucoup de bien avant de commencer nos deux jours de trajet vers Manille.

 

Grosse frayeur en bateau


De Siquijor à Manille, le trajet est long. Nous avons choisi un itinéraire qui nous permet de payer moins cher en transport mais en contrepartie, on met plus de temps. Ce n’est pas vraiment un problème, nous sommes habitués.

Depuis Siquijor, un tricycle nous emmène au port afin de rejoindre Dumaguete en bateau. Le temps est plutôt moyen, il commence à pleuvoir et de gros nuages noirs se forment au dessus de nous. On sait qu’aux Philippines, il ne fait pas bon prendre le bateau par mauvais temps. Mais la mer est plutôt calme et on se dit qu’en 2 heures de traversée ça devrait bien se passer. On a déjà vécu un trajet en bateau particulièrement agité en Indonésie, on n’a pas spécialement envie de revivre ça.

Nous embarquons dans un vieux bateau. Nous sortons du port et au fur et à mesure, les vagues se font de plus en plus présentes et de plus en plus hautes. Pas très rassurés, on espère arriver rapidement.

Une grosse vague puis un énorme bruit. En quelques secondes, les gens se mettent à enfiler leur gilet de sauvetage, on ne comprend pas ce qu’il se passe. Un mouvement de panique ? Ou un ordre de l’équipage ? Un homme complètement en panique nous dit que si on doit sauter du bateau, on nagera ensemble. On n’a pas trop l’intention de sauter en fait nous. On fait comme tout le monde on sort notre gilet de sauvetage mais on le garde sur les genoux juste au cas où. Laura en panique, s’imagine déjà flotter à la surface en attendant les secours ou même pire. Ce tour du monde, c’était pas une bonne idée ! François se dit qu’on a quand même toutes nos affaires sur ce bateau. Et merde le mac ! Histoire de s’angoisser comme il faut, un des mousses enlève sa chemise et se retrouve en tee-shirt. Là, c’est vraiment inquiétant ! Il manquerait plus qu’il enfile le gilet de sauvetage…

Après ce mouvement de panique, les gens se calment petit à petit mais nous n’avons toujours aucune information de l’équipage. Le temps jusqu’à l’arrivée paraît interminable ! Nous apprendrons un peu plus tard que le bruit venait de la clim qui s’était cassée avec la force des vagues. Et si le mousse s’est déshabillé, c’était simplement car il avait trop chaud. Et oui, la clim était cassée !

Un trajet en bateau qu’on ne risque pas d’oublier !


Manille


La capitale contraste beaucoup avec le reste du pays. À Manille, la pauvreté est extrême, nous sommes choqués de certaines scènes. Des enfants de moins de 5 ans, dans la rue livrés à eux-mêmes. Certains sont en train de mendier sur le trottoir, d’autres viennent taper à la vitre de notre taxi pour nous demander de l’argent. Des scènes auxquelles nous ne sommes pas habitués, qui nous choquent et attristent profondément.

En rentrant à l’hôtel, nous culpabilisons d’avoir la chance de prendre une douche chaude, alors que ces enfants n’en ont visiblement pas pris depuis longtemps. Notre visite de la ville s’est ponctuée de scènes de ce genre. Une mère qui lave ses enfants sur le trottoir dans une bassine, des enfants qui viennent nous demander de l’argent… La pluie ne fait qu’aggraver ce sentiment de pauvreté et de saleté des rues. C’en est un peu trop pour nous, nous décidons de rentrer à l’hôtel, bouleversés par ces scènes de vie.

Nous ne conseillons pas Manille car la ville n’a pas particulièrement d’intérêt. Après avoir vu de magnifiques paysages dans les différentes îles, il est tellement triste de voir cette ville si pauvre. En plus, nous ne nous sommes pas sentis en sécurité le soir, même dans les quartiers conseillés. Si vous devez dormir à Manille pour un prendre votre avion, on pense qu’il est préférable de loger près de l’aéroport.


Vidéo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *