Après deux semaines de vacances à Bali, il est temps de dire au revoir à nos copains. Nous nous envolons vers les Philippines. Première destination : l’île de Palawan


Puerto Princesa, belle entrée en matière


Puerto Princesa est la première ville que nous découvrons. La chaleur et l’humidité sont encore un peu plus présents qu’à Bali. On a chaud ! La ville a peu d’intérêt à part la rivière souterraine mais on ne prévoit pas d’y rester. Puerto Princesa est juste une ville étape pour nous reposer après notre quasi nuit blanche dans l’avion. Mais c’est aussi l’occasion d’avoir un premier aperçu des Philippines. Le centre ville est tout petit avec une cathédrale où la messe est en cours. Nous sommes dimanche et contrairement à Bali qui est majoritairement musulman, ici c’est catholique. Ça fait un moment qu’on n’avait pas vu d’églises ! 

En nous baladant vers le port, nous repérons un marché local pour notre repas du soir. Mais en attendant, on a surtout remarqué un centre commercial très grand et tout neuf. Ça fait longtemps qu’on n’a pas flâné dans les allées des magasins, depuis la Thaïlande soit environ 2 mois. Ça fait plaisir de retrouver un petit bout de nos habitudes.
Après cette parenthèse magasins, nous retrouvons l’ambiance locale avec le marché de nuit typique, on y croisera d’ailleurs aucun touriste. Tout près du port se situent des restaurants extérieurs. Nous en choisissons un qui expose ses poissons frais et nous nous laissons tenter par un plat à partager. Brochette de boeuf, poisson, calamars, aubergines et plein de petits assortiments que nous ne connaissons pas. C’est hyper bon ! On ne nous avait pas vanté la cuisine Philippine mais pour un premier repas local, faut avouer qu’on est assez contents.


Port Barton, à visiter sans tarder


Pour 600 pesos soit moins de 10 euros par personne, nous embarquons dans un van en direction de Port Barton. Il est possible de s’y rendre en bus pour 300 pesos mais il n’y en n’a qu’un par jour et les billets ne sont pas réservables à l’avance. Il part à 9h tous les matins, premier arrivé, premier servi. On n’a pas voulu prendre le risque.

En 3h, nous parcourons les 123 km qui séparent Puerto Princesa de Port Barton.
Ce village est relativement nouveau au niveau touristique. On est encore dans un petit village typique même si les auberges et les restaurants commencent à se développer. Ici, pas de route ni même de voiture, juste des chemins et des scooters. L’ambiance est à la détente, parfait pour chiller quelques jours. Pour tout vous dire, nous avons même logé dans une guesthouse sans eau chaude, sans wifi et avec l’électricité seulement de 18h à minuit. C’est rustique et il faut être près à se couper du monde mais pour quelques jours, ça fait pas de mal. Et si vraiment vous avez besoin, certains hôtels et restaurants proposent une connexion Wi-Fi. Par contre, inutile d’essayer de télécharger un Netflix. 

Nous partons à la découverte des environs. Quelques ruelles et la plage. Des bateaux sont amarrés tout le long, pas franchement l’idéal pour se baigner mais le cadre est vraiment joli. Nous profitons d’un magnifique coucher de soleil les pieds dans le sable, une bière à la main.

Pour notre première journée découverte, nous réservons un tour de Hoping Island. Tout le monde le propose ici, c’est l’activité touristique principale. Vous rêvez de plages paradisiaques et de spots de snorkeling où vous pourrez voir des tortues et plein de petits poissons ? C’est ici !

Nous voyons nos premiers Nemos, les fameux poissons clowns et leurs copines Dori, les poissons palettes. Les coraux sont très beaux et encore assez préservés par endroits, des dizaines de poissons  batifolent devant nous. Mesdames les tortues se font un peu attendre mais nous arrivons quand même à en voir deux.

Paradise Island nous accueille pour le repas du midi. Cette île, c’est un peu le cliché de la plage paradisiaque, des cocotiers, du sable fin blanc et de l’eau chaude et transparente. Ajoutez à ça un repas avec du thon frais, du poulet, des aubergines, tout ça cuit au barbecue et des fruits locaux pour terminer. On est quand même pas mal ici !

La suite de la journée se poursuit avec de nouveaux spots de snorkeling et Star Fish Island. Cette minuscule île de quelques mètres carrés est connue pour ses étoiles de mer. En effet, tout autour vous pouvez les observer. Mais pas question de les sortir de l’eau ! 

La 2ème journée, nous décidons de louer un kayak pour découvrir les plages alentours. Plages désertes, snorkeling et encore plein de petits poissons. On s’en souviendra de cette journée ! Nos bras courbaturés aussi !


El Nido


Depuis Port Barton, nous prenons un mini van qui nous conduit à El Nido en 4h. Le prix standard est de 600 pesos soit 10 euros par personne mais comme nous l’avons réservé la veille au soir assez tard, nous avons réussi à le négocier pour 500 pesos soit 8 euros par personne.

Un conseil, ne vous attendez pas à trouver une place confortable dans ce genre de van. Au mieux vous êtes devant avec de la place pour les jambes mais à 4 sur une rangée de 3. Au pire, vous êtes tout au fond, aussi serrés, avec en plus les genoux sous le menton. Et encore, on n’est pas très grands…

Sans logement réservé puisque pas de connexion internet, nous arrivons dans le centre à la recherche d’une chambre pas trop miteuse mais pas trop cher. On trouve de tout, la chambre minuscule sans clim, sans fenêtre et sans eau chaude pour moins de 10 euros et la chambre tout confort vue sur mer mais totalement hors budget. Le tourisme de masse a fait complètement éclater les prix. Nous nous rabattons sur une chambre moyenne mais avec eau chaude et clim pour 28 euros. Difficile de trouver moins cher pour ce confort, alors on vous le conseille Zaniya’s Pension.

Le village est entièrement tourné vers le tourisme, il n’y a que des hôtels, des restos et des agences qui proposent d’organiser vos excursions. Rien de typique. Seul point commun avec Port Barton, l’activité fard ici, c’est le Hoping Island. Vous prenez un bateau et on vous amène visiter les îles, lagons, caves selon le tour que vous choisissez. Après avoir lu plusieurs blogs à ce sujet, nous décidons de passer notre tour et de ne pas faire d’excursion. Elles sont chers et il y a beaucoup de monde. Les pics karstiques sont magnifiques et on imagine que les paysages doivent être vraiment beaux vus du bateau mais à Coron, on devrait voir le même type de paysage.

Nous passons alors juste une nuit à El Nido afin de prendre le bateau le lendemain pour Coron. Ici, il faut faire un choix entre 2 types de bateaux. Le premier met 3 à 4 heures et coûte 1760 pesos soit 73 euros. Ça nous paraît hyper cher ! Mais malheureusement, le suivant coûte 1400 pesos soit 58 euros et met le double de temps. Pour des questions de sécurité et de gain de temps nous choisissons le fast boat.
Après avoir réservé, nous décidons d’aller manger dans un restaurant local qui sert de la cuisine Philippine. Et oui, ça paraît logique mais pas si simple à trouver. Les restaurants de cuisine internationale ont malheureusement pris le pas sur le local. Sur les traces d’énergies vagabondes, nous nous décidons pour le Bulalo et commandons le plat du même nom. Il s’agit d’un plat de boeuf qui nous aura vraiment rappelé le boeuf bourguignon de grand-mère. On termine la journée sur une note positive !


Coron, victime de son succès 


Avec le fast boat, nous mettons alors 4h pour rejoindre Coron City. 4 heures un peu longues étant donné le niveau de clim…
Avec un tricycle, nous nous dirigeons vers une petite ruelle un peu à l’écart du centre où nous avons repéré des guesthouses à différents budgets. Nous traversons la petite ville de Coron et honnêtement, ça fait pas rêver, pour nous c’est comme El Nido. Des hôtels, des restaurants, des centres de plongée et des agences de tourisme. Tout ce qu’il faut pour que le touriste se sente bien. Le soucis c’est qu’on n’aime pas vraiment cette ambiance là. 

Si nous sommes ici, c’est pour découvrir les alentours de l’île de Coron. Les grands pics karstiques sont représentatifs de la région ainsi que les eaux chaudes et turquoises.
Plusieurs tours sont faisables et on s’est un peu cassé la tête à savoir lequel serait mieux que les autres.  Au final, après avoir comparé dans tous les sens, nous nous décidons pour le moins cher. Il comprend un arrêt sur l’un des sites les plus réputés le Kayangan lake, puis différents sites de snorkeling ainsi qu’une plage pour le repas du midi.

Notre choix est fait, que la journée commence ! Mais pas trop vite quand même. Ici, aux Philippines, personne n’est jamais pressé, que ce soit dans les restos, dans les auberges ou dans les magasins. Mais le pick up qui était censé venir nous chercher entre 8h et 8h30 est quand même arrivé à 9h15. Petit désagrément vite oublié dès notre arrivée sur le bateau. Nous qui avions peur de nous retrouver avec un groupe de 30 chinois, sommes finalement avec 10 philippins. Habitants à Manille, ils sont à Palawan pour 3 jours. Ca fait plaisir d’être avec des locaux. Entre lagon, lac, snorkeling, plage et eaux turquoises, la journée est plutôt agréable bien que nous ne soyons pas les seuls sur place. Il y a énormément de touristes chinois et coréens dans cette partie des Philippines et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ne passent pas inaperçus. Les paysages ont beau être magnifiques, c’est pas vraiment un coup de coeur pour nous.

L’envers du décor, qu’on montre trop peu, ce sont ces centaines de touristes à chaque spot.

Nous avons notre avion 3 jours plus tard pour changer d’île. On aurait eu envie de découvrir l’intérieur de l‘île de Busuanga mais la chaleur était telle qu’elle nous a cloîtré dans notre chambre climatisée une bonne partie du temps. Nous en avons profité pour organiser le Japon, dernière grande partie du voyage.
Lors de notre dernière soirée sur place, nous avons bravé la chaleur et sommes montés au Mont Tapyas pour voir l’île en hauteur. Les 700 marches nous ont bien fatigués mais le coucher de soleil en valait la peine.

Le lendemain, nous prenons un petit coucou direction l’île de Cebu où nous faisons juste escale pour aller sur l‘île de Bohol.

Une pensée sur “Philippines, l’archipel de Palawan

  1. Bjr mon mari et moi aimerions aller à Palawan mi juillet mi août 2019. j aurais aimé savoir quel temps vous avez eu ? merci et bravo pour le blog qui nous sera bien utile .Corinne et Marc (55 et 57 ans) 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *